Vaccin par ARNm

Covid-19 : le généticien Axel Kahn critique la stratégie vaccinale

Sur Europe 1, Axel Kahn appelle à cibler les « personnes hésitantes » pour leur apporter « transparence » et « enthousiasme » à propos du vaccin.

Publié le  Le Point.fr

Génération Hydrogène

Best off de l’excellente rétrospective sur l’énergie hydrogène autour de la fondation « Air Liquide ».

“Génération Hydrogène” a été diffusé en ligne jeudi 10 décembre et a rassemblé plus de 10000 personnes pour parler de l’hydrogène autour de Benoît Potier, Président-Directeur Général, avec la participation de Bertrand Piccard, Initiateur et Président de la Fondation Solar Impulse, et de Philippe Croizon, aventurier, conférencier et auteur.
Pendant cet événement, Benoît Potier a pu répondre aux questions les plus posées par les internautes.

 

Betty

Commentaire extrait de Babelio sur le chef d’oeuvre littéraire de la rentrée

« Devenir femme, c’est affronter le couteau. C’est apprendre à supporter le tranchant de la lame et les blessures. Apprendre à saigner. Et malgré les cicatrices, faire en sorte de rester belle et d’avoir les genoux assez solides pour passer la serpillière dans la cuisine tous les samedis. Ou bien on se perd, on bien on se trouve. Ces vérités peuvent s’affronter à l’infini. Et qu’est-ce que l’infini, sinon un serment confus ? Un cercle brisé. Une portion de ciel fuchsia. Si l’on redescend sur terre, l’infini prend la forme d’une succession de collines verdoyantes. Un coin de campagne dans l’Ohio où tous les serpents dans les hautes herbes de la prairie savent comment les anges perdent leurs ailes. »
Lorsqu’un roman commence ainsi, lorsque les promesses annoncées se confirment au fil de la lecture, je sais que je tiens entre les mains un roman coup de coeur. Betty rejoint la ronde des héroïnes Gallmeister inoubliables, Turtle ( My absolute darling), Tracy ( Sauvage ), Nel et Eva ( Dans la forêt ).
Betty raconte les joies et les terribles secrets d’une mère, transmis à travers la fiction d’une fille. Tiffany McDaniel s’est fortement inspiré de l’histoire de sa mère, Betty, née dans les années 1950 en Ohio, dans les contreforts des Appalaches. C’est histoire d’un passage à l’âge adulte, qui commence non pas avec la naissance de Betty mais de la rencontre de ses parents, un Cherokee et une Blanche. Betty en est la narratrice, comme un voix vieillie par la sagesse, par l’expérience des bénédictions et malédictions du passé, par l’espérance de avoir que de jours meilleurs arriveront.
Le résumé ou plutôt les thèmes abordés peuvent faire craindre un pathos lacrymogène racoleur : racisme, handicap, viol, suicide, harcèlement, dépression, violence en tout genre, pauvreté. Et pourtant, jamais ce roman ne bascule dans le sordide vide de sens. Certains passages font mal par la brutalité qu’ils décrivent mais sans jamais tomber dans la pornographie émotionnelle. Plusieurs scènes m’ont bouleversée parce que la douleur exposée y est dite dans le respect de la dignité des personnages.
Ce que je retiens de ce roman superbe, c’est sa lumière. Celle du père, en premier lieu. Je crois que je n’ai jamais rencontré en littérature une figure paternelle aussi belle. Landon est un homme qui était fait pour être père. Il est la boussole morale de cette famille de six enfants. C’est lui qui qui réconforte Betty, celle des enfants qui lui ressemblent le plus, sa Petite Indiennes, comme il l’a surnomme, qui doit faire face aux insultes racistes, aux moqueries quotidiennes sur son physique et aux rejets violents de ses camarades à l’école. Lorsqu’ils se retrouvent tous les deux dans la nature, cela donne des pages absolument magnifiques de poésie : ces réflexions sur l’histoire du peuple cherokee, sa poésie sur la nature et la cosmogonie qui s’y rattache enchantent la noirceur.
Si le roman est celui de l’héritage des abus transmis de génération en génération, il est avant tout le roman d’une résilience. le père guide Betty vers l’écriture pour transcender le quotidien et c’est terriblement émouvant de voir Betty grandir et naître comme écrivaine et poétesse, ses mots lui permettant de transcender les tragédies que sa famille vit, ils ont le pouvoir de briser le cycle.
Oui, ce que je retiens c’est définitivement la lumière de cette destinée féminine et familiale déchirante inoubliable. 700 pages d’une intensité incroyable.